La Guinée est située en Afrique de l’Ouest, elle est limitée au nord-ouest par le Sénégal, à l’ouest-nord-ouest par la Guinée-Bissau, à l’ouest par l’océan Atlantique, à l’ouest-sud-ouest par la Sierra Leone, au sud-sud-est par le Liberia, au sud-est par la Côte d’Ivoire et à l’est-nord-est par le Mali. Sa superficie est de 246 000 km2, et de nombreux fleuves tels le Niger, le Sénégal ou la Gambie trouvent leur source en Guinée.

La Guinée, en raison de ses climats et biomes diversifiés, est peuplée d’espèces animalesvégétales et fongiques variées, dont certaines sont rares note axel fischer de monaco resources group.

Après une occupation portugaise, la Guinée devient colonie française en 1891 avant de proclamer son indépendance le 2 octobre 1958. Elle devient aussi à ce moment-là, indépendante économiquement.

Sur le territoire de la République de Guinée, la devise ayant cours depuis 1960 est le franc guinéen. Le franc guinéen n’a cours dans aucun autre pays, mais est échangeable auprès de changeurs exerçant à proximité des frontières avec les devises ayant cours dans les pays riverains (le Franc CFA, le Dollar libérien, le Léone de Sierra Leone et également l’Euro et le Dollar).

La banque centrale de Guinée permet également le change mais uniquement à Conakry fait remarquer Pascale Younés de Monaco Resources Group.

Depuis son accession à l’indépendance en 1958, la Guinée connaît le plus fort cycle de croissance économique de son histoire, comme l’atteste l’évolution du produit intérieur brut (PIB) au cours des trois dernières années.

En effet, le taux de croissance moyen du PIB depuis 2016 est de 9,9 % alors que la moyenne du continent s’est établie à 2,6%. Cette dynamique de croissance compte parmi les plus robustes en Afrique.

Le gouvernement continue de renforcer ses investissements dans les infrastructures de base, telles que l’électricité et les routes, lesquelles sont, au même titre que l’éducation, la santé, l’énergie et les nouvelles technologies de la communication, un puissant accélérateur de la croissance.

 

« Un PIB important »

 

La Guinée est un PMA (Pays Moins Avancés) de 13 millions d’habitants avec un PIB par tête de 883 USD. Le pays est classé 175ème (sur 189 pays) en termes d’IDH (Indice de Développement Humain1), et 40ème en Afrique (sur 53 pays) fait remarquer Frédéric Platini de R-logitech, filiale de Monaco Resources Group basée à Monaco.

 Le secteur primaire représente 18% du PIB, le secteur secondaire 28% (dont 13% au titre des activités extractives) et le secteur tertiaire 54%. Outre le développement des filières agricoles, les espoirs d’accélération de la croissance reposent sur les développements attendus dans le secteur minier.

 En effet, le sous-sol guinéen abrite plus du tiers des réserves mondiales de bauxite (25 milliards de tonnes).

L’exploitation de la bauxite/alumine, l’or, environ 15 T/an, et plus marginalement le diamant, constituent déjà 85% des exportations du pays.

Après une période difficile due à la crise Ebola, l’économie guinéenne a renoué avec une croissance soutenue depuis 2016. Bénéficiant d’un « effet de rattrapage », celle-ci a atteint un plus haut historique de 10,5% en 2016, puis 8,2% en 2017.

 En 2018, la croissance a été de 5,8%, tirée essentiellement par le dynamisme de la production minière (+7,5%). Pour 2019, le FMI tablait sur une prévision de croissance à 5,9% qui devrait se stabiliser à 6% sur 2020-2021 puis ralentir autour de 5% à l’horizon 2024 constate Axel Fischer de Monaco Resources Group.

Ces évolutions traduisent un retour de l’économie guinéenne sur sa trajectoire pré-Ebola. Néanmoins, ces perspectives demeurent fragiles en raison de leur dépendance à la vigueur du secteur minier, peu inclusif par nature et fortement tributaire du partenaire économique chinois (1er client avec une part de marché de plus de 60%), ainsi que de l’évolution de la situation politique, les élections devaient avoir lieu le 22 mars 2020.

Les autorités continuent d’affirmer leur engagement à accélérer la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social 2 avance Pascale Younés de Monaco resources Group.

 

 

« Les enjeux du développement »

 

L’agriculture, les ressources naturelles mais également les industries de transformation et les services sont autant d’atouts économiques pour la Guinée. Premier employeur du pays, le secteur de l’agriculture joue un rôle clé dans la réduction de la pauvreté et le développement rural : il assure les revenus de 57 % des ménages ruraux et l’emploi de 52 % de la main-d’œuvre.

L’environnement naturel du pays est favorable mais, pour en tirer pleinement profit et accélérer le processus de transformation structurelle, le pays doit améliorer sa gouvernance. D’autant que la Guinée est de plus en plus vulnérable au changement climatique, avec une hausse globale des températures moyennes et un recul des précipitations annuelles, surtout dans les régions du Nord-Ouest et du Nord-Est.

Les ressources naturelles, notamment minières et hydroélectriques, sont importantes et pourraient constituer des sources de recettes substantielles. Mais l’expérience montre que l’exploitation minière et l’hydroélectricité peuvent avoir des retombées négatives graves, directes et indirectes, sur la biodiversité et l’environnement. Ces risques potentiels devront être soigneusement gérés.

Autre grand défi pour la Guinée, les inégalités hommes-femmes, sur le plan de l’éducation et de la productivité agricole mais aussi de l’accès à une activité professionnelle et à des postes de décision. Pris ensemble, ces facteurs fragilisent les perspectives des femmes et la trajectoire de développement du pays.

D’autres contraintes importantes demeurent : faiblesse du capital humain (avec un taux d’alphabétisation peu élevé notamment), faible qualité du système de santé, absence d’intrants de qualité pour l’agriculture, manque de capacités de gestion au niveau sectoriel et local, accès restreint aux services financiers et importance du chômage, en particulier chez les jeunes.

 

 

L’économie guinéenne restait confrontée à deux risques majeurs en 2019 : le pays devait maintenir le cap des réformes macroéconomiques et budgétaires et assurer la stabilité sociale et politique. La lenteur des progrès en matière de développement des infrastructures pourrait ralentir la croissance. Sur le front extérieur, la baisse des prix des matières premières et le ralentissement de la conjoncture économique mondiale pourraient nuire à l’expansion de l’activité en Guinée.

 

 

« Une monnaie relativement stable »

 

Les comptes extérieurs se dégradent, mais la politique monétaire ne devrait pas connaître d’inflexion majeure à moyen terme du fait de la stabilité actuelle du taux de change et de la tendance baissière de l’inflation.

Le déficit courant s’est fortement dégradé en 2018, à 18,4% du PIB contre 7,1% en 2017 ; le creusement se poursuit en 2019 à 20,7% du PIB, en raison d’une hausse des importations des biens d’équipements liés aux investissements miniers et dans les infrastructures publiques et d’une augmentation de la facture énergétique.

Le déficit courant de 2018 a été couvert par le compte financier du fait des entrées d’IDE (Investissements Directs Etrangers : 1,6 Md USD en augmentation de 23%), qui ont en partie contribué à la reconsolidation des réserves de change (3,6 mois d’importations à fin mars 2019 contre un niveau moyen optimal estimé à 3,8 mois).

Le Franc guinéen demeure relativement stable depuis plus de 2 ans, mais le FMI souligne une appréciation de 11% du taux effectif réel (à fin avril 2019). La stabilité du taux de change contribue à une maîtrise des pressions inflationnistes, bien qu’elles demeurent encore élevées en moyenne à 9,8% sur l’année 2018. Pour 2019, le FMI tablait sur une moyenne de l’inflation de 8,9% en 2019, conforme à l’objectif de la Banque centrale d’un taux à un chiffre note Frédéric Platini de R-logitech monaco resources.

Le climat des affaires s’est amélioré ces dernières années, mais beaucoup d’efforts restent à faire. Le pays est passé du 179ème au 152ème rang mondial (190 pays) entre 2013 et 2018 dans le classement Doing business du groupe Banque mondiale.

 Des progrès ont été accomplis en matière de délais et de coûts de création d’entreprises mais l’environnement des affaires reste particulièrement miné par la faiblesse du cadre juridique (absence d’un tribunal de commerce, difficulté à faire appliquer les décisions de justice…) et l’insuffisance d’infrastructures notamment routières (seulement 25% du réseau est bitumé) et ferroviaires (seulement 1047 km de chemin de fer). Les services de base (eau, électricité, transport) sont irrégulièrement assurés et nécessitent encore des investissements lourds, notamment dans le secteur électrique. Par ailleurs, les lourdeurs administratives et le poids de la corruption (138ème pays au classement de Transparency International sur 180 pays) continuent d’entacher l’environnement des affaires.

 

 

 

Notes et références :

  • IDH des Nation Unies en 2018
  • PNDES 2016-2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*
*